Dessins de Edel

Alfredo Edel a conçu les dessins préparatoires des costumes de la pièce Chantecler. Le dessin principal est d'un grand réalisme. Des croquis, positionnés en périphérie, détaillent la position du comédien.

Voir les dessins.

Alfredo Edel est un costumier italien né à Parme en 1856 et mort à Boulogne en 1912.

En 1904, Alfredo Edel, qui signe ses croquis Eidel, est à Chicago quand il est contacté par Edmond Rostand qui lui demande de dessiner les costumes de la dernière pièce qu’il vient d’écrire, Chantecler. Il jouit depuis des années à Paris et à l’étranger d’une grande réputation.

En 1908, il se rend à Cambo chez le poète avec Jean Coquelin et Monsieur Hertz, le directeur du théâtre de la Porte-Saint-Martin, afin d’établir les préliminaires de la mise en scène. Durant plusieurs jours, Edel écoute avec attention et émerveillement le poète qui lui fait part aussi de ses idées en matière de mise en scène au moyen de croquis rapidement crayonnés.

De retour à Paris, Edel réalise ainsi près de 200 esquisses à travers lesquelles il tente de faire revivre toute une basse-cour. Ravi par le travail du dessinateur, Edmond Rostand déclarera : « Les dessins d’Edel idéalisent mon œuvre ».

Le musée Edmond Rostand conserve 36 dessins préparatoires offerts en 1969 par Maurice Lehmann.

La création des costumes

M. Louis Louw, le chef costumier du Théâtre de la Porte-Saint-Martin, et Mme Berthe Guillouet, la costumière en chef, vont ainsi avoir la lourde tâche d’exécuter le dessin de chacun des costumes sous la direction d’Edel. Se posent tout de suite des difficultés relatives  aux bras et à la tête : Edel a alors l’idée ingénieuse de fabriquer, sous les ailes, une sorte de fourreau où les bras des comédiens purent se placer comme dans les manches d’un habit ordinaire. Dès lors, l’aile faisait naturellement fonction de bras, aidant ainsi à la diction. Les personnages de la pièce se parent du plumage des oiseaux mais conservent malgré tout le ramage des hommes. Ayant enfermé les comédiens dans des carapaces de plumes, leur ôtant partiellement l’usage des bras, il s’avéra impossible de condamner leurs traits à l’immobilité et d’assourdir leur voix par un cartonnage reproduisant la tête de l’oiseau. L’ovale du visage des acteurs fut ainsi dégagé, ce qui leur permit d’associer l’expression humaine à leur forme animale. Les hôtes muets de la basse-cour furent quant à eux entièrement transformés en animal.

Tous les détails de cette création à lire dans le journal l'illustration n°3494 du 12 février 1910.

Biographie d'Alfredo Edel

Alfredo Edel a participé à la réalisation de plus de 300 spectacles en tous genres : des opéras, des pièces de théâtre, des spectacles de music-hall, des films de cinéma.

Il commence sa carrière au début des années 1880 quand il dessine pour la Scala de Milan les costumes de plusieurs opéras de Giuseppe Verdi, notamment Simon Boccanegra (1881), Don Carlos (1884) et Otello (1887). Il est également l’auteur des costumes de Simeta (1889) de Gaetano Cipollini ainsi que ceux des ballets Excelsior (1881) de Romualdo Marenco, Rodope (1892) de Paolo Giorza et Medgé (1889) de Spiridon Samara, ce dernier présenté au théâtre Costanzi de Rome.

La magnificence de ses réalisations est telle qu’il est réclamé par toutes les scènes d’Europe Il séjourne alors à Paris où il dessine les costumes d’Hérodiade (1884) de Jules Massenet pour le Théâtre Italien et ceux de Polichinelle (1904), pour le théâtre du Châtelet.

En 1904, il retourne à la Scala de Milan pour concevoir les délicieux costumes de Bacchus et Gambrinus de Romualdo Marenco. L’année suivante, il est appelé par le Waldorf théâtre de Londres et y réalise les costumes de Fiorella (1905), comédie lyrique de Pierre-Barthelémy Gheusi et Victorien Sardou.

En 1893, il participe au spectacle America, monté à l’occasion de la Foire internationale de Chicago. Il retourne aux Etats-Unis quelques douze ans plus tard, entre 1905 et 1910, sollicité par le Metropolitan Opera de New York, ainsi que les théâtres de L’Hippodrome, du Criterion, du Broadway, du Herald Square, enfin des Ziegfeld Follies…

Il travaille également pour de grands artistes de cette époque parmi lesquels le ténor Jean de Reszke et le comédien Constant Coquelin.

Alfredo Edel a également dessiné des affiches et illustré des partitions.